Introduction : la genèse des trappistes

- Des hommes épris d'absolu -

Il y a des siècles de cela, en 1098, un petit groupe d'hommes, moines bénédictins épris d'absolu, choisit de retourner aux sources des traditions anciennes qui avaient fondé le mouvement monastique en Occident. Ces hommes s'inscrivaient dans le cadre d'un mouvement spirituel vigoureux, la "vita apostolica" qui prônait alors le retour aux valeurs apostoliques de dépouillement.

Ils étaient en cela fidèles à un de leur pères spirituel, Benoît, qui, au VIème siècle, avait édicté la "Règle" régissant le comportement des moines : obéissance, silence, pauvreté et humilité, partageant la vie du moine entre travail et "lectio divina" (études et méditation)

Ces hommes, sous la gouverne de Robert de Molesmes, s'établirent à Cîteaux (Cistercium), en Bourgogne, les Cisterciens étaient nés. Les trois fondateurs, saints Robert, Albéric et Étienne, ont su définir avec justesse et établir la position juridique du monastère, les normes concernant la pauvreté individuelle et conventuelle, l'hospitalité, les frères convers, les futures fondations d'abbayes, l'équilibre de la vie monastique, etc.

En 1112, Bernard de Fontaine, entra à Cîteaux et en devint l'un des principaux promoteurs, à travers la création de plusieurs monastères qui essaimèrent par la suite...

- Le développement de l'Ordre -

Les cisterciens furent les fondateurs d'un Ordre qui devait rapidement couvrir l'Europe de monastères, contribuant ainsi activement, à leur manière, au développement de la civilisation occidentale. L'organisation même de l'Ordre favorisa son maintien dans le temps, en mariant harmonieusement l'autonomie des monastères avec une centralisation suffisante. Son développement fut constant pendant des siècles, à travers tout l'occident.

Du XIVème au XVIème siècle, l'Ordre connut une période difficile, au cours de laquelle de nombreux monastères disparurent. L'unité Cistercienne originale était rompue. Au XVIème et XVIIème siècle, l'influence de divers mouvements culturels ou de société, aboutit à un certain relâchement et à l'abandon progressif du caractère contemplatif que l'Ordre possédait à ses origines.

Suivante / Volgende / Next